•  

     

     

    Premier triathlon de la saison, format L ( Half Iron du Semnoz ) avec comme plat principal la montée du Semnoz par Quintal.

    Départ à midi pour la partie Natation ( 1400 m ) : premier test pour moi après un hiver studieux passé  à la piscine. Je sors de l'eau en 20 min et 48 eme position, ce que j ai effectué l'année dernière en 24min30 et 82eme ,et donc des 3 disciplines c'est sur cette première partie que je gagne du temps . 

     

    Half Iron du Semnoz

     

     

     

     

     

     

     Pour le vélo il n'y a pas trop de questions à ce poser, le but est d'essayer de reprendre le max de concurrents avant le début  de la montée, j'attaque donc celle-ci en 8 eme position à un rythme élevé.

    Half Iron du Semnoz

     

     

    Je passe au sommet en 7 ème position mais les jambes ne sont pas au top et je plafonne un peu, la descente va permettre de récupérer pour la dernière partie du parcours qui est relativement plate et très roulante mais quand même usante  .

     

    Half Iron du Semnoz

     

    je pose le vélo dans le parc en 7 eme position  avec un temps de 2h19 ( 2h13 l'année dernière), cela m'a quand même laissé des traces et j'aborde la course à pied dans l'inconnu . 

     

    Transition vélo /course à pied je sors 7 eme du parc et pars sur un rythme soutenu mais sans plus, Damien With du club est 6 eme devant, la foulée est bonne, le premier tour s'effectue sur un rythme de croisière sans pouvoir accélérer, je reprends Damien, mais derrière cela court plus vite que moi un concurrent me reprend au 12 eme kms et je ne parviens pas à le suivre.

     J'ai vraiment du mal à mettre du rythme et je me contente de ne pas " exploser "donc je gère mon allure que je  maintient depuis le départ et tant pis si cela revient derrière, ce qui fut le cas à 1 km de l'arrivée .

    Mon temps course a pied est de 1h16 ( 1h13 en 2014)

    Donc je passe la ligne d'arrivée en 8 eme position sur 250 en 3h55  ( 3h50'47 en 2014)

     

     

    Half Iron du Semnoz

    Half Iron du Semnoz

     

      

     En conclusion, je peux me réjouir des améliorations en natation : moins de fatigue musculaire, une nage plus propre, mais au détriment de temps supérieurs sur la partie vélo et course à pied . il me faut donc travailler la vitesse et surtout se faire le forcing sur la course à pied afin de maintenir un rythme plus élevé, 

     Donc à mettre en application ce dimanche sur

    l'Half Iron de Doussard   qui sera support des Championnats de ligue Rhône Alpes

     

    Classement ICI

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    Je tiens avant tout à m'excuser de tous ces changements sur le blog mais un transfert de plateforme a été effectué sans préavis et j'ai dû tout refaire avec de nouveaux outils, bref la galère .

     

    Voici donc un nouvel article pour faire un retour sur mon nouveau vélo Giant en partenariat avec les cycles Degueurce 

    La particularité de ce vélo est d'avoir une excellente base : son cadre ! Celui-ci est très typé aéro, avec son système de freins intégrés .

    J'ai  changé le  groupe d'origine Shimano 105 11 vitesses pour la version supérieure ( Ultegra avec pédalier Rotor Flow ) .

     

    Essai Giant Propel

     

     

     

     

     Ses roues d'origine Giant SLR 1 ont beaucoup d'atouts : jantes carbone à pneus avec une hauteur de 60 mm, moyeux et rayons DT Swiss, ce qui a l'avantage pour nous triathlètes en distance Ironman de nous facilité la vie en cas de crevaison ( juste changement de chambre a air et non la galère de changement de boyau au bord de la route ).

    Effectivement, aujourd'hui les fabricants de roues a pneus arrivent quasiment au niveau des roues à boyaux. Les roues carbone a pneus reviennent donc sur le devant de la scène car elles ont beaucoup moins de contraintes.

    Pour ce qui est le coté plus décevant pour ce type de vélo c'est le remontage des câbles de vitesses dans le cadre ; tout simplement " une misère ! ", les guides câbles sont inaccessibles, je pense que ces cadres sont plus prévus pour un câblage électrique. Donc après une bonne demi-heure de patience, j'y suis parvenu mais vraiement énervant pour un vélo de grande marque.

     Test sur le terrain,

    Essai Giant Propel

     

     

     

     

    Conçu et développé pour être le vélo le plus aérodynamique du marché, le Propel est dans cet objectif celui d'être aussi une machine rigide lors du pédalage et très rigide sur la partie avant du cadre.

    A vrai dire mon terrain d'entrainement est montagneux, alors que ce vélo est prévu " pour des parcours plats ".  Mais par expérience je sais qu' il n'y a pas réellement de vélo pour la montagne donc ce sont les changements que j'ai effectué qui l’amènera sur un terrain typé montagne. Les roues jouent un rôle important ainsi que le poids de l'ensemble du vélo. Mon critère le plus important pour un vélo de montagne est son comportement en descente, son freinage, sa stabilité à haute vitesse, son comportement dans les virages, et a ce niveau le Propel est TOP, son freinage est lui aussi au top grâce a ses minis V-Brake intégrés dans la fourche ce qui rend le freinage précis et très puissant. L'ensemble  fourche et pivot Overdrive 2  1 1/4’’ - 1 1/2’ sont surdimensionnés ce qui rend la partie avant super rigide et permet de faire des placements ultras précis et cela a pour moi autant d'importance que d' avoir un vélo trop léger.

    Essai Giant Propel

     

     

     

     

     

     Ce vélo a un cadre a géométrie droite avec un tube horizontal relativement long, axé sur la recherche de vitesse. Le cadre a une rigidité très élevée sur la partie avant, légèrement moins sur l’arrière, ce qui lui donne une certaine tolérance et le rend plus accessible sur pas mal de terrains, le Propel décline une géométrie « normale ». Seules la douille de direction, plutôt courte, devrait s'avérer exigeante en terme de souplesse pour les lombaires...par contre la rigidité verticale assez élevée donne un confort moyen. J'ai dû changer de selle pour une plus confortable ( une Prologo Scratch Pro )

    Essai Giant Propel

     

     

     

     

    Son cadre le classe plus comme un cadre de Clm/Triathlon qu'un cadre route, nickel pour moi qui l'utiliserai sur Embrun et Ironman du Pays de Galles, il a l'avantage d'avoir une tige de selle a deux positions " route ou avancée de deux centimètres ( configuration Triathlon )

     Essai Giant Propel

     

     

     

     

     En conclusion 

    Voici un vélo aérodynamique à intégration maximale particulièrement excitant. II est beau, il semble assez ouvert, finalement, à différents utilisateurs mais suffisamment rigide pour un usage cyclosportif et forcément taillé pour la compétition.

     

    D'ailleurs il vient d’être élu  

    Bike of the Year 2015 "Catégorie Aero"

     

     

     

     Au cours de la saison j'alimenterai la page "Mon GIANT" par des photos et commentaires des différentes configurations .....

     

     

     Alors comme le vélo est au point, le scooter est lui aussi configuré pour les futurs entraînements 

    j'en avait parlé en fin de saison de mon nouveau compagnon d'entrainement, alias le scooter version " Derni "

     

     

     

     

     

     

     

     Le début de saison s'approchant à grand pas, je serai au départ ce dimanche 24 mai sur l'Half iron du Semnoz à Rumilly

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Biographie écrit par François de Courir en Pays de Savoie 

    Deux de nos adhérents ont particulièrement brillé à l’occasion du Marathon du Lac d’Annecy, descendant sous le seuil des 2h50 :
    - En premier lieu, Guillaume Garnier alias Altiguill, 31 ans, Houchard sociétaire du Team Mermillod Triathlon, qui accomplit 2h38’09’’, se classant ainsi 9e et 8e senior mais aussi 4e Français. En conséquence, il bonifie son record de 5’13’’, le précédant remontant à Annecy 2010 qui m’avait incité alors à brosser rapidement son portrait que vous retrouverez ci-dessous. En tout cas, un athlète extrêmement modeste qui ne cherche jamais à se mettre en avant. Son blog :
    http://www.blogg.org/blog-91197.html 

    LA PROUESSE DE NOTRE FORUMER ALTIGUILL
    par François de la Balme-de-S le Lundi 26 Avril 2010 - 22:54
    Chers amis forumistes, connaissez-vous Altiguill ? Cela ne vous dit rien ? Il est pourtant adhérent de notre merveilleux site depuis le 14 octobre 2009. Discret, il n’en suit pas moins régulièrement les infos exhaustives et autres débats passionnés, parfois enflammés (!) qui animent notre forum.
    Eh bien Altiguill vient de réaliser une performance de premier plan sur le Marathon du Lac d’Annecy il y a huit jours, en parcourant cette distance oh combien mythique en 2h43’22’’, son nouveau temps référence ; soit la 32e place sur 2501 finishers et la 20e senior sur 727 d’entre-eux. Et ce trois semaines après avoir passé de vie à trépas son record sur semi-marathon, en 1h15’47’’à Nuits-Saint-Georges (Côte d’Or, le 27 mars). Proprement époustouflant !
    Né le 21 mars 1980 à Châtillon-sur-Seine, dans la Côte d’Or, Guillaume Garnier, 1m78 pour 68kg, établit ses quartiers en Haute-Savoie en 2000, plus précisément à Annecy

    puis deux ans plus tard dans la Vallée de Chamonix, aux Houches précisément.
    Comme bon nombre de férus de la course à pied, à l’image de Rachel, Benoit ou encore Bruno38, il s’est d’abord lancé corps et âme dans le cyclisme où il se hisse au niveau national, demeurant quinze ans au sein d’un club affilié à la Fédération Française de Cyclisme.
    En 2004, il bascule dans l’athlétisme en étrennant son premier marathon le 24 avril, celui d’Annecy en 3h11’57’’. En dehors des 42 et 21km, il porte son meilleur chrono à 33’35’’sur 10km, à Echirolles le 3 juin 2007. Puis cette même année, il multiplie les courses de montagne, s’adjugeant la 28e position sur le prestigieux Challenge National. Sur le Nid d'Aigle, sa plus belle prestation remonte au 16 juillet 2006 quand il se classe 17e en 2h10’10’’.
    Davantage attiré par la route et la course de montagne, Guillaume délaisse le trail jusqu’en 2009, excepté deux participations à la Saintélyon qui d’ailleurs n’en est pas un stricto sensu. Cependant, il s’adonne au trail courte distance depuis l’an passé. Licencié à Chamonix Mont-Blanc Marathon jusqu’en 2008, il est aujourd’hui dépourvu de formation FFA.
    Parallèlement, ce Bourguignon s’adonne au ski-alpinisme, prenant part aux grandes classiques, à l’instar de la Pierra Menta ou la Tournette Sources du Fier-Millet. Mais surtout il se passionne pour le triathlon à compter de 2007 qui le voit devenir pensionnaire du Team Mermillod à Annecy.
    A n’en pas douter, Altiguill n’a pas fini de faire parler de lui !

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Course a Pieds

    10 km 33min'35 Echirolles ( 38 )  06/2006

    Semi 1h14'50 Annecy 04/2016

    Marathon 2h38'09  Annecy 04/2011

     

    Natation

    1,5 km  21min

     

    Vélo

    335 km, 8000m+  

     

    Ironman 

    Ironman de Zurich 27 juillet 2014   9H15

     

    Montagne

    Mt Blanc par les 3 monts, départ aiguille du midi et retour 4h55

    2h40 a la montée 2h15 a la descente

    13 ascensions du Mont Blanc 
     
    Ski alpinisme
     
    Participation a la Pierra Menta 2009
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

     


  •  

     

    A vendre

     

     

     

     

    propulsé par Troc-Velo.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Plus de photos sur mon matos a vendre rubrique "Mon Picasa web"